Accueil Argent & Finance Banque & Assurance Actualités Investir en bourse : pour...
avatar
mis à jour le 07/06/2020 à 17h01

Investir en bourse : pourquoi, quand, comment ?

Ding dong. Entendez-vous le glas qui sonne la belle opportunité de se lancer dans les investissements en Bourse ?

Avec tous les bruits qui courent actuellement du fait des circonstances économiques inédites d'envergure mondiale, vous vous posez certainement la question de l'opportunité d'investir en bourse. Cet article a pour vocation de vous exposer la situation et de vous présenter les outils et moyens à votre disposition pour vous faire profiter des variations boursières, en vue de faire fructifier vos placements (modestes ou plus étoffés !).

En effet, l'actuel contexte épidémique dans l’Hexagone n'est pas sans répercussions sur les performances des principaux indices boursiers (comme notre fameux CAC40, palmarès des 40 plus grosses sociétés françaises, ou encore le SFB120 qui rassemble cette fois-ci les 120 entreprises cotées françaises les plus importantes). Ils ont subi une baisse très brutale en mars dernier (les prix des actions ont par conséquent très subitement chuté).

Pour cause, ce sont un peu plus de 150 000 Français qui ont fait leurs premiers pas en Bourse entre mars 2020 et aujourd’hui. Sur cette période, on recense près de 3,5 milliards d’euros investis sur les marchés.

Ainsi, bien que nos livrets réglementés comme le Livret A, son cousin le Livret Développement Durable et Solidaire (LDDS) (tous  deux à 0,5% d’intérêts depuis le 01/02/2020), ou encore le Livret d’Épargne Populaire (au taux d’épargne bonifié de 0,5% comparé aux deux derniers, réservé aux français justifiant de revenus modestes) atteignent des records de collecte, les français semblent diversifier leur épargne en quête de revenus plus attractifs, moyennant une prise de risques plus prononcée que sur leurs livrets.

 

Pour revenir à notre sujet, manifestement, le CAC40 semble avoir déjà effacé près de 40% des pertes accusées entre le sommet 2020 et l’effondrement majeur de mars. Vous qui vous décidez peut-être à prendre le train en marche avez encore la belle opportunité de profiter du rebond des actions, aux avancées fluctuantes.

 

Avec les espoirs de guérison de l’épidémie couplés aux mesures fortes mises en place par notre gouvernement, nous pouvons oser espérer un rebond significatif du CAC40, qui devrait de plus en plus dépendre de l’évolution de la pandémie et des espoirs de traitement du coronavirus.

« La volatilité devient une véritable aubaine car elle représente des opportunités d'investissement. 60% des ordres orientés à l'achat ont été enregistrés sur la plateforme depuis le début de l'année et nous sommes à plus de 50% de produits structurés (en volume) enregistrés par rapport à 2019 »,

indique Sisouphan Tran, directeur général délégué d'Alpheys.

 

Attention cependant à « discipliner ses émotions », avise Sandy Campart, enseignant-chercheur en économie. Elle souligne que de nombreux particuliers vendraient leurs actions irrationnellement et bien trop prématurément. Et cela présente des fuites d’opportunités : de nombreuses actions affichent des performances époustouflantes sur la durée, à l’instar de Netflix.

« Les particuliers sont capables d’encaisser des pertes de 30, 40% ou plus sans avoir coupé assez tôt leurs pertes »,

dénonce-t-elle. On pense au règne du « pas vendu, pas perdu ».

 

Il me semble utile de vous rappeler que ce type d’investissement présente bien sûr des risques de perte en capital : l’action peut chuter brutalement du jour au lendemain (on parle de « moins-value latente ») tout comme elle peut subitement grimper en matière valorisation (une « plus-value latente » est alors inscrite). Tout cela est le fruit des flux d'offre et de demande des investisseurs sur le marché de titres.

 

Mon conseil : se fixer des notifications sur cours (i.e. le prix du titre, de l'action que vous envisagez d'acheter ou de vendre) présente l’opportunité de rester informé en temps réel des fluctuations et se poser la question suivante : dois-je vendre (ou « céder ») mon action pour inscrire une plus-value dans mon portefeuille de titres, et éventuellement la réinvestir pour générer des gains supplémentaires ? Toute cette subtilité est à prendre en compte sur un marché régi par l’offre et la demande des investisseurs, assez hasardeuses. De nombreux sites répertoriant les études d’analystes (comme par exemple BFM Business) publient quotidiennement des articles et prodiguent de nombreux conseils réfléchis et fondés, destinés aux investisseurs.

Alors, pourquoi pas vous ?

L’offre Fortuneo vous permet de débuter en douceur avec l’opération promotionnelle « 100 ordres offerts » pour investir pas à pas. Un ordre signifie votre demande d’achat ou de vente d’un ou de plusieurs titres à des conditions que vous aurez préalablement fixées (le prix, le moment d’exécution, la validité). Son prix se situe en général aux alentours des 2€ sur les banques en ligne, et varie à la hausse dans les établissements bancaires traditionnels.

En vous rendant sur la fiche Fortuneo de FoxyRating, vous trouverez également un code de parrainage vous permettant de bénéficier de jusqu’à 110€ offerts pour toute première ouverture de compte avec moyens de paiement (une simple carte suffit).

Pourquoi Fortuneo ? Premièrement, le site et l’application sont très ergonomiques, riches en fonctionnalités et agréables à utiliser : on s’y fait très vite. Aussi, pour l'avoir testé, le service client est courtois et se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions. Et enfin, les deux offres promotionnelles abordées dans cet article sont cumulables (attention, durée limitée).

Il y a deux types de supports que vous pouvez y souscrire afin d'investir en bourse. Pour vous les exposer, en voici les principales caractéristiques :

 

  1. Le Plan d’Épargne en Actions (PEA)

 

Pour la petite histoire, le PEA a été créé en 1992 afin d’appeler les investisseurs à capitaliser sur le long terme dans les entreprises. Autrement dit, on a souhaité mettre l’épargne des Français à contribution de la croissance économique en allouant les fonds placés aux sociétés. Les entreprises récompensent les épargnants au moyen de dividendes, la rémunération des actionnaires, qui est variable d’une société à une autre.

Pour ouvrir ce produit d’épargne réglementé, il faut respecter trois grandes conditions :

  • Être majeur(e) ou être mineur(e) non-rattaché(e) au foyer fiscal de ses parents ;
  • N’avoir qu’un seul PEA d’ouvert : il est possible d’en avoir deux par foyer (un par conjoint) ;
  • Faire enfin un premier versement sur son plan : le montant du versement varie en fonction des établissements bancaires (100€ pour Fortuneo).

Le support du PEA permet aux épargnants de faire fructifier des placements ne pouvant être investis qu’au sein d’entreprises ayant leur siège en Union Européenne. De plus, le plafonnement des versements sur votre plan comporte une limite fixée à 150 000 €. Vos liquidités (c’est-à-dire les fonds épargnés dans le cadre du plan) sont bloquées durant 5 ans minimum (vous pouvez néanmoins les retirer parttiellement ou en totalité mais cela clôturera le plan); et jusqu’à 8 ans pour obtenir une rente.

 

        2. Le compte-titre ordinaire (CTO)

Ce support de placement est un dispositif permettant d’obtenir des valeurs mobilières sur le marché boursier. Il est nécessairement lié à un compte courant en espèces (comme votre compte-chèques rattaché à votre carte bancaire et/ou votre chéquier) pour acheter et vendre des actions. Ses gros points forts si vous êtes un investisseur prêt à vous lancer franchement dans l’aventure sont qu’il n’y a d’une part pas de plafond et d’autre part qu’il est possible d’en ouvrir que vous soyez majeur ou non (il faut juste une autorisation du représentant légal pour l’ouverture d’un compte-titre pour un mineur). Il n’y a pas de limitation en matière de zone géographique puisque le capital peut être investi dans tout type de placement national ou international. Enfin, il est possible d’avoir plusieurs comptes-titre ainsi qu’un compte-titre joint.

Les taxes et impôts à payer sur les plus-values réalisées sont un peu complexes, c’est pourquoi je vous invite à vous renseigner sur les sites spécialisés et actualisés répertoriant ces modalités, comme Fortuneo, Boursorama, Service public ou Tacotax.

 

Encore une fois, ceux qui seraient intéressés par ce genre de placements (un compte-titres ordinaire ou un plan d’épargne en actions, deux possibilités pour investir en bourse dont je vous invite vivement à consulter les caractéristiques disponibles sur Fortuneo) sont mis en garde quant à la perte en capital (« moins-values ») et l’illiquidité des titres (c’est-à-dire que les fonds investis ne sont pas disponibles à votre bon-vouloir : si vous souhaitez revendre, il faut trouver un acheteur désireux de vous les reprendre au prix auquel vous vendez).

 

En espérant que mon article vous aura plu :)

Bon boursicotage !

Auteur
avatar of Twentyou
Jeune "netbusinessrater" en herbe, je teste des sites et suis très actif sur le réseau NetBusinessRating. Sondages, cashback, mails rémunérés, crowdfunding... Rien ne m'échappe. C'est pour moi un loisir agréable. N'hésitez pas à me parler :)
You must be a member to be able to post here.
Derniers commentaires
Merci de valider d'abord votre adresse mail.
En poursuivant votre navigation vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus OK
Se connecter

Mot de passe oublié ?

S'inscrire

J'accèpte la charte

?>