Accueil Argent & Finance Sites rémunérateurs Actualités Micro-travail, le prolét...
Comparatif
Dossier
Comment gagner de l'argent en ligneComment gagner de l'argent en ligne
La plus grande base de données du web francophone pour savoir comment générer un complément de revenu grâce au web et éviter les arnaques.
Voir le dossier
(3 votes)
avatar
mis à jour le 04/10/2019 à 16h18

Micro-travail, le prolétariat du clic sort de l'ombre

De l'entrainement d'une intelligence artificielle à de simples clics rémunérateurs, le micro-travail regroupe un panel d'activités variées qui génèrent une nouvelle forme de précarité.

Une première étude scientifique interroge ce nouveau mode de travail

FoxyRating est fier d'avoir contribué - sous son ancien nom NetBusinessRating - à la première étude sociologique sur le micro-travail en France publiée en mai 2019 par le projet Digital Platform Labor alias DiPLab, regroupant des chercheurs de Télécom ParisTech, du CNRS, de MSH Paris Saclay et de l’université de Nantes.

Grâce à cette enquête poussée, le micro-travail sort de l'ombre : à l'instar d'Elise Lucet et son équipe de Cash-Investigation, partis tourner aux Etats-Unis un reportage sur les rouages de cette nouvelle organisation du travail, les médias, candides, commencent à s'intéresser au sujet.

 

Le micro-travail, c'est quoi ?

Micro-travailler = effectuer en ligne des petites tâches ne nécessitant pas de capacités particulières en échange d'une rétribution à la pièce.

ni freelance ni uberise

Source : DiPLab

Ainsi un micro-travailleur n'est pas un freelance qui effectue de longs projets à l'aide de connaissances établies ni un travailleur ubérisé, comme un conducteur de taxi, qui peut travailler autant qu'il veut. Son rôle se situe entre ces deux pôles.

Une communauté qui ne se donne pas de nom

Note plateforme a été créée en 2009 pour identifier de façon participative les sites rémunérateurs fiables, ceux qui payent vraiment. Bien que la plateforme ait évolué vers la comparaison d'autres types de sites et de produits, nos membres sont historiquement pour la plupart des micro-travailleurs. Il est vrai que nous ne nous donnons jamais ce nom-là. Les journalistes me demandent souvent si notre communauté (des "micro-travailleurs", pas uniquement celle de FoxyRating) se donne un nom mais force est de constater que non. La plupart des gens exercent cette activité comme un passe-temps pour compléter leurs fins de mois

En fait ce sont surtout les plateformes qui donnent un nom à leurs membres comme les fouleurs sur FouleFactory.

Avant de revenir en détail sur la vingtaine de plateformes auxquelles s'est intéressée l'étude du DiPLab il est d'abord important de faire une distinction entre les différentes fomes de micro-tâches en ligne.

 

Les différentes formes de micro-travail

Cette forme de travail regroupe des activités variées que l'on peut néanmoins classer en quatre entités regroupant des concepts différents :

  1. tâche rémunérée assignée par une entreprise, sous-traitant un travail concrêt
    • ex : entrainer / remplacer une intelligence artificielle (IA), vérifier / saisir des données, faire de la transcription, etc.
  2. sondage rémunéré
    • pour améliorer le marketing d'un produit ou pour une étude de consommation.
  3. offre rémunérée
    • être payé pour s'inscrire sur un site, pour télécharger une application, pour liker, participer à un concours, etc.
  4. clic rémunéré
    • être payé simplement pour visiter un site et y rester quelques secondes.

Si les points 1 et 2 sont considérés comme du micro-travail car l'action effectuée possède une valeur marchande, commandée par une entreprise, il est moins évident que les points 3 et 4 puissent rejoindre ce concept, tant leur valeur ajoutée est faible et aliénée au marché de l'incentive publicitaire.

Incentiver signifiant dans ce contexte : payer quelqu'un pour qu'il effectue une action sur laquelle le commanditaire touchera une commission.

Pour y voir plus clair, un petit tableau s'impose.

Différentes sortes de micro tâches
  tâche rémunérée sondage rémunéré offre rémunérée clic rémunéré
rémunération moyenne de 0,01€ à 10€ de 0,20€ à 10€  0,10€  0,001$
tâche sous-traitée par une entreprise Oui Oui Non Non
parrainage possible sur les plateformes Rarement Parfois Oui Oui
rémunération liée à l'incentive publicitaire Non Non Souvent Souvent
considéré comme du micro-travail Oui Oui ? ?

 

Sur FoxyRating les sites proposant un programme de parrainage ou d'affiliation sont sur-représentés car les membres utilisent notre plateforme pour trouver des filleuls ou faire du lead afin de booster leurs revenus provenant des sites rémunérateurs. S'il semble manifeste que la notion de micro-travail ne puissent pas s'appliquer aux offres et aux clics rémunérés, cette activité est pourtant ressentie comme un labeur par ceux qui la pratique.

Effectivement, peut-on dire qu'un cliqueur payé 0,001$ le clic (voire moins!) pour visiter un site pendant 10 secondes effectue une action moins digne d'être désignée comme revêtant un caractère laborieux qu'une personne entraînant une IA en répétant des phrases avec différentes intonations ? La question reste ouverte.

 

Une invention du XXIème siècle

C'est en 2006 que Jeff Bezos lance Amazon Mechanical Turk pour sous-traiter ses micro-tâches aux travailleurs du web. Son but premier fut de parvenir à éliminer les doublons de son catalogue, ce qu'il ne parvenait pas à faire de façon algorithmique. Des milliers de petites mains consentantes se sont donc mises au travail

Devant le grand nombre d'inscriptions, le patron d'Amazon transforme alors son Mechanical Turk en une place de marché : l'Amazon des petites mains. D'autres entreprises externalisent ainsi leur micro-tâches par ce biais, commissionnant Amazon en retour. C'est aujourd'hui la plateforme qui occupe le plus de micro-travailleurs dans le monde. 

Entraîner l'intelligence artificielle

Bezos répond alors à un besoin naissant chez les entreprises de pointe : celui de rendre performante leur intelligence artificielle. Le machine learning a besoin d'énormément de données pour pouvoir fonctionner : elles sont renseignées à l'aide de logiciels mais le résultat de l'IA doit être vérifié sans cesse par des humains tant qu'il persiste des zones non-équivoque dans le programme. 

C'est pourquoi Bezos a baptisé son nouvel instrument humain d'intelligence artifcielle artificielle.

L'intelligence artificelle est gouvernée par des humains :

  1. par les ingénieurs qui la programme
  2. par ceux qui l'abreuve de données humaines auxquelles elle peut se fier pour affiner ses résultats. Ceux qui la corrige en quelques sortes, qui l'améliore, la rende performante. Ce travail fastidieux est de plus en plus confié aux travailleurs du web.

crowdsourcing IA

Les GAFAM, pionniers du crowdsourcing

Amazon n'est pas le seul à avoir sa plateforme humans as service : les autres GAFAM ne sont pas en reste. Microsoft (le pionnier avec UHRS en 2004) et Google (EWOQ en 2008, devenu Rater Hub) lancèrent deux services ayant le même but : améliorer par une vérification humaine les résultats de recherche de leurs moteurs de recherche respectifs. Aujourd'hui les raters de Google utilisent des guidelines de 160 pages pour noter les pages : leurs actions viennent améliorer des classements générés de façon totalement algorithmique. Depuis 2017 Apple offre des micro-jobs pour mettre à jour Plan - concurrent de Google Maps - payés 54 centimes la tâche avec 600 tâches maximulm par mois soit 1300 euros.

Aujourd'hui des centaines d'entreprises et d'universités font appel aux micro-travailleurs via Amazon mechanical Turk ou d'autres plateformes.

 

Les plateformes qui opèrent en France

Si nous proposons des comparatifs de sites de sondages rémunérés, de sites d'offres rémunérées (qu'on apppelle des Get Paid To) et de clics rémunérés (presque 10 000 sites recensés) nous n'avons pas de liste de plateformes de tâches rémunérées, leurs activités variées nous ayant pousser à les incorporer chacune dans différents comparatifs.

Alors justement, parlons de ces plateformes si peu visibles sur Foxyrating alors qu'elles sont au coeur du rapport du DiPLab.

6 plateformes de micro-tâches en ligne

Nom Siège Note Inscriptions ouvertes
FouleFactory France Réservé aux résidents français Non - liste d'attente
Isahit France Réservé aux résidents d'Afrique, Asie ou Haïti de préférence francophones Oui
Clickworker Allemagne   Oui
Microworkers USA   Oui
Figure-Eight USA Anciennement CrowdFlower Oui
Amazon Mechanical Turk USA   Non - Inscriptions contrôlées

Si les turkers du Mechanical Turk sont principalement basés aux Etats-Unis et en Inde, quelques français y sont aussi inscrits mais il est très difficile aujourd'hui d'être accepté comme turker. Suivez les instructions de cette vidéo pour vous inscrire si vous voulez tout de même tenter votre chance.Les autres sites ne posent pas de problème à l'inscription sauf FouleFactory qui limite son panel à 50 000 membres. Certains sont disponibles via des panels multi-activités (voir plus bas), comme Figure-Eight. À noter que sur Isahit vous devez posséder au moins le baccalauréat.

 

Voici un exemple des tâches proposées par Amazon machanical Turk et combien elles rapportent.

 

exemple de micro-tâches
Sur le site de Microworkers on voit bien toutes les tâches qu'il est possible de sous-traiter, il y en a des centaines. Les programmeurs ont simplement créé des outils adaptés pour chacune d'entre elles pour rendre simple sa création pour le donneur d'ordre et pour que l'exécutant puisse la compléter rapidement.

 

3 plateformes de mirco-travail profond

Ces plateformes anglophones allouent un nombre d'heures par semaine à leur travailleurs avec par exemple des contrats de 10 à 20 heures maximum. La rémunération dépendant des tâches que le travailleur aura réussi à compléter avec succès. Dans certains cas, comme sur Appen, l'utilisateur fixe lui-même le nombre d'heures hebdomadaires où il est disponible.

Nom Siège Offre l'accès à d'autres plateformes proprétaires
Lionbridge USA Oui, dont RaterHub de Google
Pactera Chine Oui, dont UHRS de Microsoft
Appen Australie Oui

Voici par exemple une dizaine de jobs Lionbridge pour la France dont celle d'assesseur Internet / Réseaux sociaux qui semble être un job d'évaluateur Google, plus communément appelé rater. Cet offre d'emploi vous permettra de travailler jusqu'à 20h par semaine mais certains prérequis la rende non-accessible à tous, comme ceux-ci :

  • être titulaire d'un diplôme de niveau licence ou équivalent
  • parler couramment le français et l'anglais

Appen propose 3 types de job à domicile et ne requiert pas de diplôme : 

  • rater : pour évaluer les résultats des moteurs de recherche
  • traducteur : pour tout ce qui touche à la traduction/ translation
  • micro-tâches : pour tout le reste

Chaque type requiert une inscription indépendante qui prend tout de même de longues minutes. Pour être rater il faut uploader un CV, pas pour faire des micro-tâches.

Enfin pour travailler avec Pactera il faut vous rendre sur leur site d'offre de travail à domicile : vous devez créer un compte avant de voir les offres disponibles.

En résumé, pour faire un micro-job profond il faut aimer remplir des formulaires à longueur de journée !

 

7 plateformes de micro-tâches localisées

Toutes classées dans notre liste des applications rémunératrices, ces plateformes vous propose des tâches à faire autour de chez vous comme prendre en photos des rayons de supermarchés, faire des relevés de prix, etc. Cela permet aux entreprises de ne pas envoyer un salarié sur place pour réaliser une tâche courte.

Nom Siège Note
MobEye France  
WinMinute France  
BeMyEye Royaume-uni Anciennement LocalEyes
Click And Walk France  
Roamler Pays-Bas  
Bpeek France  
StreetBees Royaume-uni  

 

7 plateformes de tests utilisateurs

Assurément la pratique du micro-travail la plus ludique ! Vous pouvez être payé pour tester des sites web ou des supports en ligne. C'est facile et cela prend peu de temps pour une rémunération faible mais pas non plus trop basse. Par exemple Usercrowd paye entre 0,10$ et 0,50$ pour un test qui ne prend qu'une minute ou deux. Malheureusement le nombre de tests est peu élevé.

Nom Siège Note
UserCrowd Australie Anciennement UsabilityHub
Ferpection France  
Testapic France  
Ba-Click France  
UserlynX France  

Notez que nous proposons aussi un comparatif plus large contenant tous les sites qui payent les testeurs de produits, réels ou virtuels.

 

Les plateformes multi-activités

Certains sites jouent le rôle de hub en permettant l'accès aux tâches de divers autres sites. Le site ySense permet ainsi de répondre aux sondages de plusieurs panels, participer aux offres de plusieurs offerwalls et d'accéder aux tâches de Figure Eight. L'utilisateur plébiscite ce service car celui lui permet de regrouper ses gains à un seul endroit, ce qui permet de retirer ses gains plus rapidement et plus facilement. En échange on imagine bien que ySense prélève une commission sur les gains des plateformes tierces mais le jeu semble en valoir la chandelle.

Moolineo et Loonea sont deux sites de la même entreprise française, JSmediaProd, sur lesquels vous pouvez accéder à des tests utilisateurs, des sondages et du cashback. Retrouvez d'autres plateformes multi-activités dans cette liste.

 

Micro-travailleur : faible rémunération & statut précaire

Un petit job complémentaire pour 260 000 personnes en France

Une foule consentante, dans le monde entier, se presse pour dénicher les tâches les mieux rémunérées. Ces dernières sont peu nombreuses, ce qui génére une concurrence accrue entre cliqueurs. En France, nous serions selon l'équipe d'Antonio Casilli environ 260 000 micro-travailleurs, au moins occasionnellement.

Toujours selon l'étude du DiPLab plus de 80% des micro-travailleurs français sont inscrits sur plusieurs plateformes mais cela n'empêche pas leurs gains moyens mensuels de ne pas dépasser 21€/mois toutes plateformes confondues !

Ce chiffre est proche de la moyenne constatée sur FoxyRating, basée sur les preuves de paiements postées par les membres. Micro-travail = micro-gains ! Quand on vous dit que vous ne deviendrez pas riche grâce au web, on ne vous ment pas, contrairement à d'autres.

Plus surprenant est la majorité de femme micro-travailleuses, l'étude va ici à l'encontre de nos statistiques de visite qui annoncent 71,1% d'hommes en septembre 2019 sur FoxyRating. Cet écart semble dû au fait que les femmes sont majoritaires sur les sites de tâches en ligne alors que les hommes semblent plus attirés par le côté business lié au parrainage sur les autres secteurs du web rémunéré.

Le DiPLab insiste à juste titre sur la triple journée des femmes micro-travailleuses qui enchainent en une journée de labeur :

  1. leur travail, partiel ou complet
  2. les tâches domestiques, pour lesquelles elles passent encore bien plus de temps que les hommes
  3. le travail en ligne le soir

Nous enregistrons d'ailleurs sur FoxyRating un pic de connexion de 19h à 22h tous les soirs, preuve que les micro-travailleurs/euses pratiquent cette activité majoritairement en fin de journée.

En terme d'âge, le rapport indique une majorité de 25-44 ans (63,4%) ce que corroborent nos données analytiques de 60,89%. Suivent chez nous les tranches 18-24 ans et 45-54 ans avec respectivement 20% et 10% des visiteurs.

Précaires, mais pas victimes !

Lukas Biewald, fondateur de Figure-Eight, est l'auteur de cette déclaration fracassante :

"Grâce aux nouvelles technologies, vous pouvez embaucher quelqu’un, le payer une misère, et le virer quand vous n’en avez plus besoin."

Si la rémunération des micro-tâches est effectivement très basse et que le rapport du DiPLab pointe à raison la nouvelle précarité qu'engendre cette activité, il est important de ne pas prendre les micro-travailleurs pour des victimes, nous faisons cela de plein gré et pouvons travailler quand bon nous semble, cette liberté est très appréciée. Nous aimerions même avoir accès à plus de tâches ! Certes nous ne sommes pas protégé par un contrat de travail ni par un revenu horaire minimum mais on comprend bien que cette contrainte est inhérante à cette pratique dématérialisée et hachée dans le temps.

De toutes façons il faut bien noter que les tâches trop mal payées ne seront effectuées par personne. Néanmoins ne soyons pas naïfs non plus : le dumping social qu'engendre un crowdsourcing mondial pousse la rémunération vers le bas. Enfin, vers le bas si vous êtes français. Je pense qu'un indien voit cela différemment ! Nous avons d'ailleurs une forte proportion de membres issus d'Asie du Sud-Est sur FoxyRating, deuxième pôle de visiteurs après celui des francophones.

La micro-travailleuse qui est interviewée dans cette vidéo estime même gagner un salaire horaire supérieure au SMIC. Comme dit précédemment, ce n'est pas la norme, mais certains y parviennent à certains moments.

 

 

Une étude académique relayée par TheHustle indique en ce sens que seulement 4% des turkers gagnent plus que le salaire minimal fédéral aux Etats-Unis, qui est pourtant de seulement 7,25$ / h (= 6,64€ / h) !
salaire micro-travailleur

 

Ces micro-travailleurs acharnés qui en font leur principal revenu

Dans le même article TheHustle relate l'histoire de Mike Naab qui est parvenu à plusieurs reprises à gagner plus de 1000$ par mois sur Amazon Mechanical Turk.

De son propre aveu : "c'était trop beau pour être vrai" !

Naab explique qu'avec le temps il a appris à optimiser son temps pour compléter les tâches de façon très efficace. Une utilisation intelligente des extensions de navigateurs dédiées à MTurk est aussi un élément non-négligeable de réussite.

mturk salaire horaire et revenu par jour
Mike Naab parvient à gagner une salaire de l'heure supérieur à 10$, ce qui est une prouesse remarquable !

 

On voit qu'il consacre une majorité de son temps à remplir des questionnaires (survey) - cette activité est effectivement une des plus lucratives. La pratique du sondage rémunéré est d'ailleurs celle que nous conseillons en premier à toutes les personnes souhaitant commencer à gagner de l'argent en ligne.

Mike détermine le ratio résultant de la rémunération d'une tâche divisée par son temps d'exécution et n'effectue, si possible, que celles qui sont au dessus de 6$/heure. À contrario, il néglige des tâches fastidieuses comme celle de transcrire des tickets de caisse : chronophage, lobotomisante et rétribuée au lance-pierre.

 

transcription ticket caisse mturk
0,01$ seulement pour transcrire manuellement un ticket de caisse : de l'esclavage pur et simple !

 

Des périodes de disette

Même des personnes expérimentées comme Mike Naab ne peuvent prétendre à vivre de leur seul micro-job car il y a des temps morts où peu de tâches sont diponibles, faisant de facto baisser drastiquement son revenu. Cette saisonnalité est visible sur toutes les plateformes. Avoir une autre source de revenu, pérenne celle-là, est donc primordial.

 

Freelance & micro-travail : même combat ?

Un isolement parfois difficile à vivre

Ce travail de l'ombre, effectué chez soi, prive les micro-travailleurs de toute interaction sociale de qualité. L'isolement n'est pas une contrainte intrinsèque à cette pratique, certains freelances la ressente fortement aussi, notamment ceux qui exercent à domicile à plein temps. Les tiers lieux comme les bureaux de coworking deviennent alors une solution pour rompre cette isolement social mais si cela peut être économiquement viable pour une freelance, à contrario payer un forfait pour utiliser un tiers lieu est une abhération financière pour un micro-travailleur, du fait de ses faibles gains.

Le fait de ne pas avoir d'occasion pour se rassembler joue aussi dans cet aspect travailleur de l'ombre, forcément solitaire. Heureusement FoxyRating existe pour mettre en commun nos expériences et discuter de nos problèmes endogènes, comme le permettent aussi d'autres forums.

Outre l'isolement, d'autres facteurs sont source de risques psycho-sociaux :

  • Tâche à objectif indéfini : le fait de ne pas savoir pourquoi on effectue une tâche, de ne pas connaître sa finalité, peut devenir une souffrance psychologique dans le sens où l'on se sent marginalisé, robotisé, comme n'étant pas digne de comprendre le but final de notre travail. Le but d'une telle cachoterie étant pourtant uniquement préconisé par certains clients des plateformes de micro-tâches, pour des raisons qu'on pourrait qualifier de secret industriel.
  • Perte de contrôle sur la qualité du micro-travail : l'absence de contact avec le donneur d'ordre amène à ne pas savoir si notre effort est apprécié, ce qui représente une grande source de frustration.
  • Concurrence pour l'accès au tâche et pour dénicher des filleuls : la concurrence entre micro-travailleurs exacerbe le sentiment de chacun pour soi. Cela explique qu'il n'existe aucune grande communauté trans-plateformes de micro-travailleurs à proprement parler sur les réseaux sociaux : le fait que chacun essaye de tirer la couverture à lui, notamment en plaçant son lien de parrainage et pas celui du copain, freine tout comportement grégaire.

Maslov : avantage freelance !

La pyramide de Maslov appliquée aux freelances peut répondre à tous les besoins mais son équivalent pour les micro-travailleurs ne dépasse pas le 1er seuil :

  1. Seul un maigre revenu est tiré de cette expérience, permettant tout au plus de participer aux frais pour répondre au besoins physiologiques.
  2. Niveau sécurité, il faudra repasser, les gains sont trop aléatoires.
  3. Les communautés intra-plateformes et les forums comme le nôtre peuvent remplir partiellement le besoin d'appartenance mais les interactions restent virtuelles.
  4. Estime : zéro. Ou à peine avec parfois le sentiment de participer à une chose plus grande que nous quand on travaille pour une projet lié à l'intelligence artificielle dont on connaît la finalité.
  5. Accomplissement : seule la flexibilité d'exercice (liberté de lieu, d'horaires et de volume de travail) est un avantage à classer comme une réponse partielle à ce besoin.

pyramide de maslov freelance

Une même remise en cause de l'institution salariale

Le point commun le plus fort entre ces deux statuts est assurément le pied de nez qu'ils font au salariat ! Le fort développement des gens qui se lancent à leur compte, sans patron au dessus d'eux, est une évolution majeure de notre système économique que l'on peut imputer à deux facteurs principaux qui se rejoignent :

  1. Le travail salarié est plus dur à trouver, plus mouvant, souvent avec des contrats précaires type CDD : se mettre à son compte est un plan B, pas moins précaire que le CDD, mais qui a le mérite de pouvoir être mis en oeuvre rapidement, sans dépendre de qui que ce soit si ce n'est de son propre travail et de la demande.
  2. Les nouvelles générations ont beaucoup plus de mal à supporter la hiérarchie. La possibilité de se lancer facilement, notamment depuis la création du statut auto-entrepreneur en 2009 - devenu micro - a permi à un grand nombre de personnes de se lancer alors qu'il n'aurai jamais tenté l'aventure sous une forme juridique plus complexe auparavant.

En résumé on peut dire que le paternalisme professionnel est en voie de disparition. La précarisation et l'indépendance deviennent la norme. En cause : le numérique qui permet un plus grand découpage des tâches. Allez plus loin serait disserter alors revenons à nous moutons, en particulier sur l'intelligence artificielle, qui ne serait parfois qu'une mascarade ?

 

L'IA menteur

40% des startups qui disent faire de l'IA mentent !

Cette assertion issue du très visuel rapport MMC Venture sur l'IA en 2019 prouve bien à quel point l'IA est un argument marketing puissant. Sur 2830 startups européennes interrogées, 1250 n'ont pu prouver l'utilisation d'une IA réelle alors qu'elles se vantent de développer des programmes d'apprentissage automatique, d'utiliser des réseaux neuronaux ou même de faire de la reconnaissance d'image. L’IA est ainsi vendue sur le papier comme une solution miracle issue d'un savoir-faire prestigieux alors que concrètement les tâches automatisées sont mêlées au travail humain, ce dernier étant encore souvent garant d'une large part du résultat final. Les index des micro-travailleurs ont encore de beaux jours de clics devant eux !

 

Micro-travail, précurseur du monde de demain ?

Le micro-travail que l'on connait aujourd'hui semble être précurseur d'un futur de l'emploi numérique dominé par de longues chaînes de sous-traitance mondialisées où la découpe en micro-tâches serai accentuée par la généralisation du recours à l'intelligence artificielle.

 

Enquête Diplab travailleurs du clicL'étude du DiPLab a permi à notre communauté de sortir de l'anonymat et pose des questions sur l'avenir du micro-travail. Elle fourmille d'informations que tout micro-travailleur devrait connaître, ainsi je vous en recommande fortement la lecture.

Terminons en écoutant Antonio Casilli, sociologue, enseignant-chercheur et porteur du projet DiPLab sur le travail du clic, invité de la Grande Table fin février 2019 sur France Inter.

 

Lire l'étude du DiPLab

 

 

 

Auteur
avatar of adminFXR
Entrepreneur et fondateur de FoxyRating
Twitter
You must be a member to be able to post here.
Derniers commentaires
Razto
hier

Super travail d'analyse Lucas, explications claires qui relève de vrai connaissances dans ce domaine, pour mon expérience personnelle (Bientôt 6 ans), je me fixe toujours le but de faire un maximum pour récolter fin d'année (Cadeaux etc..), j'arrive aujourd'hui à dégager entre 400€ et 500€ par ans.
Sorb
1 semaine

Très bel article, et très complet, bravo.
Merci de valider d'abord votre adresse mail.
En poursuivant votre navigation vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus OK
Se connecter

Mot de passe oublié ?

S'inscrire

J'accèpte la charte

?>